Blog Single

08 Feb

185e Anniversaire de l’abolition de l’esclavage « Akizision obligatwar later Le Morne ek lezot landrwa pou lozman, viv, plante ! »

Intervenant le samedi le 1e février dernier, à l’issue d’une marche pacifique de revendications dans les rues du village du Morne, Ashok Subron, président du Center for Alternative Research & Studies (CARES) et militant politique et syndicale, a fait un vibrant plaidoyer pour que l’Etat fasse l’acquisition obligatoire des terres dans le village et ailleurs dans le pays pour les besoins de logements, d’agriculture et de projets durables. Cette marche, qui faisait partie d’un après-midi de partage, de revendications et de musique, avec pour thème, Later : Nou Lavi, Nou Liberte, a été organisée par CARES, en collaboration avec le Kolektif Vilaz Morn, la General Workers Federation, et Rezistans ek Alternativ, dans le cadre de la commémoration du 185e anniversaire de l’Abolition de l’esclavage à Maurice. Les femmes étaient en grand nombres pour cette activité.

«Lepep Moris, abitan lakot, abitan Le Morne bizin later pou viv nou lavi ek nou liberte. Lepep Moris, reklam ki l’Eta fer akizizion obligatwar later Le Morne, ek boukou lezot rezion lakot, dan l’intere piblik, pou permet abitan Le Morne k lezot landrwa gagn enn lozman kovenab, viv, plante, manze ek fer lezot proze dirab ek alternativ kuma laferm agri-soler, kot zot kapav prodwuir zot prop l’enerzi prop ! », a expliqué Ashok Subron devant une bonne foule qui ont fait le déplacement en ce samedi après-midi jusqu’au village du Morne.

Expliquant que les villageois du Morne vivent dans des conditions de logements très précaire, le Président de CARES, a vivement critiqué les agissements d’une propriétaire terrien de l’endroit qu’il a nommément cité.

Si Ashok Subron s’est félicité que le gouvernement ait officiellement pris le thème du marronnage pour célébrer ce 185e anniversaire de l’Abolition de l’esclavage, il a néanmoins regretté qu’il n’y ait pas eu jusqu’ici de réforme agraire dans le cadre de l’accession de Maurice à son indépendance. « Nou finn gagn l’indepandans, me nou later pa finn libere ! », a-t-il fait observer.

« Enn kote, bizin ki gouvernement rekonet dan Konstitisyon Moris ki maronaz, setadir rezistans a l’esklavaz, se le fondeman de nou pei. Dotpar, kan bann abidan le Morne bizin al la Kour plis ki vinfwa pou pa gagn outraz a la Kour, se enn lot form de maronaz-sa. SE bann nouvo maron-sa, disan maron koul dan zot lekor ek zot pe ankor reziste kont bann nouvo kolon », s’est emporté l’orateur.

Dans la même foulée, Ashok Subron a salué la mémoire d’Anna de Bengale, une femme, la première parmi les marrons, à s’est révoltée contre les colons Hollandais. En effet, selon des historiens, dans la nuit du 11 juin 1695, Anna de Bengale, avec des compagnons d’infortune, dont Espérence et Aaron, entre autres, mettent le feu à la loge du Fort Hendrik, au Vieux Grand-Port.

« Bizin ki nou Konstitisyon rekonet ki, kan Anna de Bengale, ti mett dife dan kasern bann Hollandais, sete le komansma de nou lalit pou la liberte, pou nou dinite, pou nou lavi, lak fondatris lanasion morisien ! Nou pei finn batir lor disan esklav. Bizin ki de zenerasyon en zenerasyon nou bann zanfan rapel sa. Se pour sa bizin met sa dan nou Konstitisyon ! », a-t-il insisté. Il a ensuite dénoncé l’accaparement de nos terres par des milliardaires étrangers au détriment de Mauriciens.

Pour les organisateurs, le village du Morne est le lieu symbolique tout désigné où devrait débuter la forme agraire, par l’acquisition obligation de terres par l’Etat pour les habitants. « Le Morne se enn plass sinbolik kot bizin liber later dan l’intere piblik ! », a conclu Ashok Subron.

Le Président de la General Workers Federation (GWF) Clency Bibi, a pour sa part plaidé pour la participation des villageois du Morne dans les projets de développement touchant leur village et pour l’introduction du kreol à l’Assemblée Nationale et comme langue nationale. « Bizin ki vilazwa ena zot mo a dir dan developma ki touss zot. Et l’esklavaz na pa pou komplete si la langue kreol na pa vinn la langue nasyonal et si pa pa introdwuir li dan Parlma ! », a-t-il soutenu. « Zordi gramatin gran fet gouvernma inn fer dan vilaz, apre zero pandan enn an ankor ! », a-t-il déploré.

De son côté, Stephan Gua, de Rezistans ek Alternativ, a exhorté la police « à ne pas être complice » dans la répression et l’intimidation des villageois qui militent pour leur droits. « Se enn konba politik, ek la polis, bizin pe fer zoue bann opresser ! », a-t-il prévenu, dénonçant l’impolitesse de certains policiers envers les villageoises qui défendent leurs droits.

Yoni Auguste, Charlène Labonne et Sophie Labelle, tous les trois membres du Kolektif Volaz Morn, sont venus témoigner de leurs déboires avec les autorités en tant que militants pour leurs droits à la terre.

« Lor plan nasyonal ek internasyonal, vilaz Le Morn rekonet kuma enn patrimwan mondial imateriel. Nou, vilazwa, se nou leritaz-sa ! Nou bann survivant, nou la ! Me pena narien pou nou, imain. Nou ankor pe viv 4/5 fami dan enn lakur, tandi ki nou zen pena travay ! », a-t-il déploré.

Charlène Labonne a, pour sa part, a lancé un appel à la police pour davantage de respect. « Mo pa zot ‘ta’, mo enn fam marye, mo ena mo dignite. La polis bizin ena respe pou mwa! », s’est-elle insurgée. « Dimounn konn montagn Le Morne, me zot pa kone ki nou pe viv », a-t-elle ajouté.

Sophie Labelle, a elle dénoncé les conditions précaires des villageois. « Nou pe viv 4/5 fami lor enn boutt later, kot intimite ek la vi prive limite ! », a-t-elle témoigné.

Une pétition, adressée au gouvernement, reprenant les revendications des orateurs a été circulée, ce 1er Fevrier 2020.

L’apres midi du Morne a aussi vu la participation des activistes et artistes des îles de l’océan indiens, dont Madagascar, Comores, Réunion, Seychelles et Rodrigues. D’ailleurs plusieurs artistes, dont Ideal et Xavier , de Madagascar et Île de La Renuion, ont participé à l’après-midi culturel. Ras Natty Baby, Nitish Joganah, Kann, Fricot Labelle et d’autres musiciens (du Village Le Morne).

Pour clôturer la soirée, les habitants et les participants se sont laissés aller au rytme emblématique de la ravanne du Morne.

Cette célébration de l’après-midi 1er Fevrier 2020, a singulièrement contrasté avec celle de la matinée organisée officiellement par le gouvernement au village Morne, où la voix des habitants du village a été escamotée.

Le gouvernement aurait-il peur de ces villageois qu’il prétendait célébrer ce matin même ?

Related Posts